Collodi en vacances à Livourne

Comme le temps de tout riche florentin Collodi passer l'été à Livourne, où “terriblement s'ennuyer, et où vous étiez sûr de trouver chaque année, en Juillet et Août, Poussette votre Grande et en raison de la cavalerie"[1]



[1] Eugene Cecchini (journaliste, enseignant, bénévolat auprès de Garibaldi en 1866), dans Fanfulla della domenica 2 Novembe 1890

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*