Le voyage en Italie pour Giannettino

Voyager italai Giannettino

  • Le voyage en Italie pour Giannettino. Première partie (Italie haut), Paggi, 1880
  • Le voyage en Italie pour Giannettino. Deuxième partie (Italie centrale), Paggi, 1883
  • Le voyage en Italie pour Giannettino. Partie terza (Sud de l'Italie), Paggi, 1886

Une partie de la première Voyage Giannettino arrivé à la huitième édition 1894, le livre a été réédité par la suite et Bemporad, dans 1902, était réarrangé en un volume par Ferronio nella Bibliothèque Azur Bemporad. Ensuite, il a été publié dans les collections de Bemporad pour les garçons et 1939 nella Bibliothèque Marzocco pour les garçons.

La 4 Novembre 1882 Collodi a parlé de Selon voyage Giannettino dans une lettre à son ami Guido Biagi:…ce livre ne est pas fait, ni pour les ruminants nouvelles histoire de l'art-usine, ni pour…quei plus sage, qui sont nés sur le but de donner de la saveur à l'odeur de sel et de l'ammoniac. Mon livre est un livre, être clair, "L'utilisation du Dolphin", fait modestement à donner aux enfants une idée de ce que l'Italie, ce est leur patrie nouvelle et glorieuse, et que "par conséquent" ne savent rien de rien. Quanto al resto, fai tu: io so di essere in buone mani e me ne fido. Tutto tuo Collodi.[7]

 

Nel Carteggio Martini, che si trova nella Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, è custodita una lettera del Collodi a Ferdinando Martini, al quale il Collodi successe come direttore de Giornale per i bambini. Nella lettera si parla di una inesattezza scritta nella prima edizione del Viaggio, relativa ad una pagina sulla città di Udine. Questa inesattezza fu rilevata da un ignoto Udinese, che inviò una protesta a Ferdinando Martini, direttore del Fanfulla della domenica, que le journal 19 settembre 1880 avait publié un avis de la Viaggio dans le livre de téléphone Nouveaux livres. L'imprécision a été donnée par la description de fossés plein d'eau faite par Collodi[3] que’Udinese revendiquée ne avoir jamais existé. Par conséquent, le Collodi a la description de ces fossés, dans la deuxième édition du livre (1882). Mais à Udine ont réellement existé ces fossés remplis d'eau, plus tard enterré[4]

Le Collodi répondu à Ferdinand Martini 25 Octobre 1880 et a indiqué que le Père Baedeker nella Guide de l'Italie du Nord (VIII édition refondue, 1878) dit[5]; a également déclaré qu'il tiendrait compte de toutes les observations dans la prochaine réimpression du livre. En se référant au fait que le’ Udinese pas remis le livre à sa fille, disant, dans sa lettre de protestation: Je mets le livre de côté, Collodi ajouté: Pauvre Paggi, si tous les pères Italiens étaient craignant Dieu et fossés d'eau, que votre Udinese![6]

En fait, le gentilhomme de Udine était dans l'erreur, Collodi ne faisait pas allusion à cette, mais dans le passé et dans le passé, il y avait des fossés acquaa Udine, Vous comprenez mieux alors encore mieux maintenant ce qu'il voulait dire Collodi à ce point avec le terme “Dévot di Dio”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*